Pendant le mitigne…

20 juin 2012

Le ciel s’est ouvert sous nos pieds
mais à la tivi
on nous informe que :
une chanteuse fatikante
a réveillé une morte
pauvre petite fille

Le ciel s’est ouvert sous nos pieds
MAIS
le peuple a le droit de savoir
les vraies affaires
calvasse!


Maudit maire de marde

25 mai 2012

Maudit maire de marde

La moindre casserole bosselée a plus de charisme que toi

Tu es comme Charest, Courchesne, Bachand, Dutil

Comme la tévé, comme les gazettes

Comme les gaz et les matraques

Une figure de ce vieux monde

Qui ne se souvient plus qu’il a jadis tout réclamé pour lui

Qui n’a rien de mieux à faire

Que de matraquer sa jeunesse

Vous êtes des maudits égoïstes

Qui n’ont rien de mieux à nous proposer pour nous faire rêver

Que des cordons d’asphalte vers des mines dans le nord

Que des puits de gaz qui enflamment jusqu’à l’eau que nous buvons

Que des mégahôpitaux et des échangeurs titanesques

Que des enveloppes brunes et des petits déjeuners en Sicile

Que des baillons et des lignes de parti

Des maudits égoïstes

Qui voudraient qu’on se couche de bonne heure

Pour les laisser dormir Lire la suite »


Il n’y a pas de démocratie qui tienne sous la ligne de parti

25 mai 2012

Quatre éléments entachent notre régime constitutionnel :

1. le mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour;

2. l’usage de confier le pouvoir exécutif au parti ayant fait élire le plus de député (et non celui ayant obtenu le plus de voix). Il est bon de préciser que c’est un usage et non une obligation constitutionnelle;

3. la pratique de la ligne de parti contraignant les députés (représentants du peuple) à se rallier aux consignes du parti;

4. l’obligation de recourir aux dons pour couvrir les dépenses électorales, ouvrant bien évidemment toute grande la porte à la corruption. Lire la suite »


Le mur n’existe pas

9 décembre 2010

Le vers du billet précédent est tiré de la chanson On s’aimera de Léo Ferré, laquelle est insérée à la bande son (et incidemment à la trame narrative) du film Des nouvelles du bon dieu de Didier le Pêcheur. À 1 h 00 m 39 s du début, Karénine (interprétée par Maria de Medeiros), fraichement veuve de l’écrivain nihiliste Batavia, l’idole des protagonistes, accompagne le chanteur de sa toute petite voix au cours d’une balade en voiture. C’est un moment émouvant.

Lire la suite »


Le singe

7 décembre 2010

(on inspire)

Lire la suite »


Voyages

13 octobre 2010

En descendant les escaliers mécaniques de la station Lucien-Lallier (26,1 mètres), je songeais que le temps que j’arrive à la maison (25 minutes), un homme là-bas au bout du monde remonterait des enfers (622 mètres) dans un sarcophage de métal.


La cruche du bureau (histoires d’eau)

2 septembre 2010

Une amie enseignante vous parlera peut-être un jour de ses étudiants lavallois qu’elle envoyait en ville assister à je ne sais plus quelle pièce de théâtre. Chose incroyable, certains d’entre eux franchissaient la rivière des Prairies pour la première fois de leur vie; ils avaient peur, car il est bien connu que c’est Montréal, et non l’oisiveté, qui est la mère de tous les vices.

Lire la suite »


Le gnome

26 août 2010

Les temps changent, hélas, et j’ai lu tous les livres : si l’ennemi brandissait aujourd’hui ses drapeaux à la porte de l’Empire, gageons que Verdun ne pourrait s’enorgueillir une troisième fois du plus fort taux d’enrôlement volontaire, conséquence directe de l’immigration d’Anglo-saxons de basse extraction. Il suffit de se promener sur la Well un beau midi de semaine pour comprendre que la Reine de mes concitoyens se trouve aujourd’hui au fond d’une quille de 50, dans un billet de Mini ou derrière un t-shirt « Sexy baby » moulant les bourrelets d’une quinquagénaire édentée.

Lire la suite »


Les bonnes gensses

24 août 2010

Au grand dam de Michael Ignatieff, Stephen Harper n’a pas séjourné cet été au camping Ste-Madeleine et il n’envisage pas non plus faire acte de présence au St-Mag Fest, le « Festival de la vache qui… » (authentique). Non, Stephen est parti dans l’Arctique se faire venter dans les cheveux, jouer dans la neige, se chicaner avec des Vikings à propos d’un caillou échappé en plein milieu du passage Kennedy et faire quelques déclarations à la presse.

Aux journalistes qui ne lui ont pas posé la question à savoir s’il ne trouvait pas un peu ridicule qu’on accuse de complot de simples manifestants, qui ne lui ont pas demandé s’il ne trouvait pas abusives les procédures judiciaires imposées à des étudiants impécunieux (notamment les renvois à une date ultérieure, chaque déplacement impliquant des dépenses supplémentaires), qui ne l’ont pas interrogé sur l’attrition manifeste du droit à la libre expression, à ces journalistes, il n’a pas pu dévoiler le fond de sa pensée qui est : « Vous savez, les citoyens honnêtes ne se retrouvent pas dans ce genre de situation ».


C’est amusant d’être libre

13 août 2010

Cet été, mon fils a appris à faire du vélo. Il n’a pas été facile de lui faire renoncer aux roulettes, puis de lui faire lever les pieds du sol, mais sa mère n’a jamais abandonné, de sorte qu’un soir, il a attendu que je sois rentré du travail pour me faire la démonstration de ses nouveaux talents.

Lire la suite »